lavasse


lavasse

lavasse [ lavas ] n. f.
• 1447; de laver
1Vx Pluie subite.
2(1803) Mod. et fam. Boisson, soupe fade parce que trop étendue d'eau. Ce café est imbuvable, c'est de la lavasse (cf. fam. Eau de vaisselle).

lavasse nom féminin (de laver) Familier. Café, soupe ou sauce dans laquelle on a mis trop d'eau. ● lavasse adjectif D'une couleur claire, mais sans éclat, sans ton défini : Jaune lavasse.

lavasse
n. f. Fam., péjor. Breuvage insipide trop dilué dans de l'eau. Syn. (Belgique) lapette.

⇒LAVASSE, subst. fém.
A. — Fam. Aliment liquide (soupe, café p. ex.) dépourvu de toute saveur parce que trop étendu d'eau. Cette soupe ne vaut rien du tout, ce n'est qu'une lavasse, que de la lavasse (Ac. 1878-1935). L'habitude d'acheter et de préparer des escargots ne l'aidait nullement à faire la soupe. La sienne fut une « lavasse » déplorable (BENJAMIN, Gaspard, 1915, p. 35) :
1. ... ce qui était bon surtout, par ces temps de chien, c'était de prendre, à midi, son café bien chaud. Les ouvrières n'avaient pas à se plaindre; la patronne le faisait très fort et n'y mettait pas quatre grains de chicorée; il ne ressemblait guère au café de Madame Fauconnier, qui était une vraie lavasse.
ZOLA, Assommoir, 1877, p. 544.
P. métaph. Ainsi écrémé, le reste du clergé n'est évidemment plus que le lait allongé, que la lavasse des séminaires (HUYSMANS, En route, t. 1, 1895, p. 72).
Au fig. Chose insipide et médiocre. L'art dramatique est encore inondé par les laissés-pour-compte de Sardou, les vaudevilles chers à Sarcey et les lavasses du malheureux Ohnet (L. DAUDET, Entre-deux-guerres, 1915, p. 2) :
2. Si nous ne sentons pas, chez le journaliste, un littérateur de profession ou en puissance, comme toute cette lavasse verbale nous paraîtra fade, écœurante!
LARBAUD, Jaune, 1927, p. 233.
Lavasse de + subst. Nous sommes imbibés et saturés de toute une lavasse de lieux communs et de formules (HUYSMANS, En mén., 1881, p. 113).
B. — Vieilli. Averse de pluie subite, abondante et impétueuse. Il vint tout à coup une grande lavasse (Ac. 1798-1935).
Prononc. et Orth. : [lavas]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. 1447 « pluie torrentielle » (Girart de Rossillon, ms. de Beaune, éd. L. de Montille, p. 379 ds GDF. Compl.); 2. 1829 « aliment liquide trop étendu d'eau » (BOISTE); 3. 1866 « mauvais café » (DELVAU, p. 223). Dér. de laver; suff. -asse, -ace.

lavasse [lavas] n. f.
ÉTYM. 1447; de laver, et suff. péj. -asse.
1 Vx. « Pluie subite et impétueuse » (Littré).
2 (1829). Mod. et fam. Boisson, sauce, soupe, infusion, etc., trop étendue d'eau, fade. || Ce café est imbuvable, c'est de la lavasse (→ fam. Eau de vaisselle).
0 Alors, quoi, tu ne sais même pas faire le café ? Ça, c'est de la lavasse, du jus de chaussettes, du crachat de chique mélangé à de l'eau.
J. Cau, la Pitié de Dieu, p. 213.
Par métaphore. || « Une lavasse de lieux communs… » (Huysmans).
3 Fam. et vx. Femme mal tenue (tinjurieux; → Pouffiasse, etc.).

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • lavasse — Lavasse. s. f. Il se dit de la pluye, lors qu elle tombe tout à coup, avec impetuosité & avec abondance, & qu elle coule à grands ruisseaux. Il vint tout à coup une grande lavasse d eau …   Dictionnaire de l'Académie française

  • LAVASSE — s. f. Il se dit de La pluie lorsqu elle tombe tout à coup, avec impétuosité, et qu elle coule à grands ruisseaux. Il vint tout à coup une grande lavasse. Il est peu usité. Fam., Cette soupe ne vaut rien du tout, ce n est qu une lavasse, que de la …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • lavasse — (la va s ) s. f. 1°   Pluie subite et impétueuse. Il vint tout à coup une grande lavasse.    Peu usité. 2°   Familièrement. Vin, bouillon, sauce, tisane où l on a mis trop d eau. Cette soupe ne vaut rien du tout, ce n est qu une lavasse, que de… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • LAVASSE — n. f. Soupe, sauce ou boisson où l’eau est en excès. Cette soupe ne vaut rien du tout, ce n’est qu’une lavasse, que de la lavasse. Il est familier …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • lavasse — n.f. Potage trop liquide …   Dictionnaire du Français argotique et populaire

  • lavasse — nf., lavure (fig.), salmigondis, soupe trop claire et peu appétissante, café trop léger, brouet clair, sauce trop claire et mal préparée : BOLYÂKA nf. (Albanais.001, Annecy.003, Thônes), boulyâka (Saxel.002) ; lavyure <lavure> nfpl. (002) ; …   Dictionnaire Français-Savoyard

  • allevasse — ⇒ALLEVASSE, subst. fém. Région. Giboulée (note de l auteur) : • Quant à nous, ma cousine, nous pouvons partir à pied. À pied? Il pleut à verse! s écria la dame en regardant le ciel ruisselant. Oh! ce n est qu une allevasse (une giboulée),… …   Encyclopédie Universelle

  • -acé — ⇒ ACE, ASSE, suff. Suff. à valeur augm. ou péj., formateur d adj. et de subst. A. Ajoute ordinairement une nuance soit augmentative (idée d abondance), soit péjorative 1. Augmentative a) Substantif : bannasse « grand panier » (banne)… …   Encyclopédie Universelle

  • -asse — Suffixe donnant une valeur péjorative (ex. mollasse, dégueulasse). ⇒ ACE, ASSE, suff. Suff. à valeur augm. ou péj., formateur d adj. et de subst. A. Ajoute ordinairement une nuance soit augmentative (idée d abondance), soit péjorative 1.… …   Encyclopédie Universelle

  • CAFÉ — Outre son utilisation en pharmacologie, le café est depuis longtemps consommé comme boisson. Au Moyen Âge, les Arabes pourvoyaient l’Europe en cafés yéménites ou éthiopiens. Au XVIIe siècle, les Hollandais l’acclimatent à Java. Les Antilles le… …   Encyclopédie Universelle